Immobilier : dans quelle ville fallait-il acheter ces dix dernières années ?



Si vous avez misé sur l’immobilier parisien ou bordelais ces dernières années, vous avez réalisé une belle opération financière. Les notaires ont analysé la hausse des prix de l’immobilier dans les 17 plus grandes villes situées en province. Verdict: c’est à Bordeaux que les prix ont le plus progressé ces dix dernières années. La cité girondine a notamment tiré profit des travaux d’embellissement réalisés au début des années 2000 par son maire, Alain Juppé. Depuis 2006, le prix des appartements a augmenté de 42%, à peine un peu moins que Paris (+47%). Si vous avez réalisé votre investissement immobilier il y a cinq ans, la plus value reste confortable puisque les prix ont progressé de 14% depuis.

Il faut désormais débourser 3200 euros le m² pour acquérir un appartement à Bordeaux, et le prix médian d’une maison y est de 258.900 euros. L’achat d’une maison s’est avéré un peu moins lucratif (+25% sur 10 ans et +7,7% sur 5 ans), tout en restant un placement confortable. Et cette année encore, c’est à Bordeaux que la hausse des prix aura été la plus forte, Paris comprise! Sur un an, les prix ont encore grimpé de 4,1% en septembre, ont compté les notaires. «Le marché bordelais a explosé, mais je ne pense pas que ce soit un feu de paille», estime Yann Jehanno, directeur exécutif du réseau Laforêt. La prolongation de la ligne à grande vitesse jusqu’à la ville d’Alain Juppé à l’été 2017 devrait encore contribuer à valoriser la ville…

Gain de surface

Si vous avez acheté un appartement, Lyon et Lille étaient deux autres bonnes localisations. En dix ans, le prix des appartements lyonnais a gagné près de 30% et ceux de la ville gérée par Martine Aubry 17%. En 2016, Lille aura cependant réalisé une performance légèrement en deçà de la moyenne nationale (+1,2% contre +1,4%). Si vous avez acheté une maison, c’étaient cette fois Lille (+14% en 10 ans) et Rennes (+14% également) qui étaient les villes gagnantes, outre Bordeaux.

Parmi les villes qui se sont a contrario avérées de mauvais placements figurent en tête de liste Saint-Étienne, où les prix de l’immobilier ont dégringolé de 26% en dix ans, Toulon (-14%) ou encore Grenoble (-10%). Un point positif à cette chute des prix: si vous n’y avez pas encore acquis un bien, le cumul de la baisse des taux de crédit et celle des prix de l’immobilier vous permettra de gagner en surface, pour la même mensualité. Selon les notaires, il est ainsi possible d’acheter en 2016 un appartement plus grand qu’en 2006 de 28m² à Toulon, de 27m² au Havre et de… 83m² à Saint-Étienne!

 

Source:

Le Figaro par 

http://immobilier.lefigaro.fr/article/immobilier-dans-quelle-ville-fallait-il-acheter-ces-dix-dernieres-annees-_b7265c42-c152-11e6-bdeb-07c988a4ee63/